Un deuxième test

La tête de Bostan – 2400 m

Lors de la toute première randonnée que j’avais faite ma paire de skis du fait de leur longueur, leur poid et leur largeur au patin m’avait beaucoup handicapé notamment pour les converstions. Pour cette randonnée sur 2 jours j’ai loué une paire de ski de 1,62 mètre, un poids de 3,8 kg et une largeur au pation de 85 mm

Premier jour – L’Erigné Refuge de Bostan – 1763 m 

Le rendez vous pour le regroupement a lieu au cimitière de Thonon les Bains. Nous sommes 16 à partir pour cette randonnée. La journée va être magnifique. Nous embarquons dans les voitures pour nous rendre à l’Erigné lieu dit qui dépend de Morzine sur la route de la Manche. Arrivés à notre base de départ et comme nous sommes nombreux les encadrants du CAF font deux groupes qui ne prendront pas tout à fait le même chemin. Tout nouveau dans cette discipline je choisis le groupe qui fera un parcours qui passera par le col de Golette et qui rejoindra directement le refuge de Bostan. Nous nous équipons, nous vérifions le bon fonctionnment de nos  DVA et nous voilà partis. La première partie du parcours se passe dans la forêt sur un chemin forestier très sympathique. Comme il a neigé dans la nuit les conditions sont idéales et le soleil, dans un très beau ciel bleu, vient nous réchauffer et nous commençons à enlever la première couche de vétements. Après un temps de pause au refuge de Vigny Olivier et Gaël nous proposent de nous entraîner aux conversions. Le premier site choisi rend cet exercice difficile. Sur le deuxième je ne le sens pas et j’exprime mon désaccord de faire cet exercice. Olivier me propose de prendre l’autoroute et de rejoinjdre le groupe plus haut ce que j’accepte avec plaisir. Après cet épisode, peu glorieux pour moi, nous arrivons au col de Golesse où après une reprise de force nous continuons notre chemin vers le refuge du Bostan. Nous suivons la ligne de crête pour rejoindre le refuge. Après avoir enlevé les peaux pour faciliter la progression nous faisons halte pour piqueniquer. Le casse croute fini nous remettons les peaux pour rejoindre le refuge de Bostan. Arrivé au refuge Olivier propose de déposer des affaires et de repartir pour faire une petite montée suivie d’une descente vers le refuge. Je décline cette invitation parce que je souhaite garder quelques forces pour le lendemain. Je passe le reste de l’après-midi à farnienter en n’oubliant pas de faire quelques étirements. Le groupe qui était reparti du refuge rentre très content de sa petite virée supplémentaire bientôt suivi par le groupe qui avait pris un itinéraire différent. En attendant le dîner je consomme un bon demi puis nous passons à table où un bon repas récompense nos efforts (au menu – Soupe – Croziflette – Brownie) et direction le lit pour une bonne nuit réparatrice.

Deuxième jour – Refuge de Bostan pointe de Bostan – 2400 m – Dimanche 19 Janvier

Lever 7h00 et petit déjeuner copieux nous nous préparons au départ. Comme pour la journée d’hier les 2 groupes prendront des routes différentes et pour le nôtre l’encadrant sera Pascalou. Après le test des DVA nous voilà repartis pour la tête de Bostan par la voie normale. La journée s’annonce magnifique mais avec beaucoup de bise du Nord. Elle a soufflé durant la nuit et nous rencontrons des secteurs où la neige s’est accumulée et des secteurs où elle est gelée. Toute la montée se passe bien et je fais même les conversions pour les changements de direction – en fait un autre choix est difficilement possible – mais je manque de souplesse. Arrivés au pas de la Latte Pascalou nous fait part qu’il est possible que si certains le souhaitent nous n’allions pas jusqu’à la tête de Bostan. Je prends cette option. Nous nous dégageons des Terres maudites  en revenant sur nos pas sur une distance de 200 mêtres environ et nous commençons la descente. Nous rencontrons des secteurs ou la neige s’est accumulée ou sa surface est croutée ou elle est bonne. Très belle descente qui est une belle récompense après les efforts accomplis. La fin de la descente s’effectue sur une piste forestière où j’éprouve un peu plus de mal à faire un ski bien coulé. Arrivés à notre base de départ nous rejoignons le premier café restaurant qui est sur notre chemin pour nous désaltérer, et merveilleux cadeau du patron qui accepte que nous mangions nos sandwichs.

Ces deux jours ont été très agréables à tout point de vue. Concernant le matériel ces skis plus courts m’ont permis d’être plus à l’aise pour faire les conversions. Le sac à dos dont je m’étais équipé ne convient pas pour la pratique de cette activité et il sera nécessaire que j’organise mieux mon sac pour éviter d’avoir à tout déballer pour trouver ce que je veux : par mauvais temps c’est nettement plus confortable. Et un grand merci aux accompagnateurs du CAF – Pascalou – Olivier et Gaëlle.